Voyage en Colombie : Medellin et la vallée du café

Bon, vous pouvez reprendre l’intro « Voyage en Colombie : mise au point et jus de fruits » tellement j’ai mis du temps à venir vous raconter notre voyage en Colombie….

Pour rappel, nous sommes partis 15 jours au mois d’avril 2015 et pour cette première semaine, nous avons passé une journée et demie à Medellin et avons ensuite loué une voiture pour nous rendre dans la vallée du café (et ça si tu as le permis et pas peur des camions, c’est le top du top!!!)

1ers pas à Medellin

Tu sais la capitale du crime? d’ailleurs, la veille de notre départ, nous, on a maté Escobar avec Benicio, histoire de se mettre dans le bain ^^.

 

A vrai dire je ne pourrais pas m’attarder sur Medellin, c’était surtout l’instant des retrouvailles avec un ami et du coup, nous n’avons pas trop joué les touristes. Néanmoins, il est aussi assez agréable d’être immergé dans le quotidien. Nous nous sommes baladés dans la ville, avons pris notre premier petit déj colombien, vu les statues de Botero, pris un pot au Pueblito (le lieu des bars et de la fête) , attrapé les taxis à la volée, fait les courses, sommes rentrés dans une librairie… Un seul regret, , nous n’avons pas pris le téléphérique pour monter sur les hauteurs de la ville.

Medellin reste une très grande métropole, en fait, nous avions hâte de la quitter!

La vallée du café, direction Salento

Le deuxième jour, nous allons donc chercher la voiture et après avoir quitté l’infernal périph de Medellin, nous suivons le lonely planet, sans regret, qui nous a fait sortir des sentiers battus et de l' »autovia ». Certes la route a été (très) longue mais les premiers écarquillements d’yeux dans les montagnes valaient ce détour. Sur le guide, la route est dite « partiellement goudronnée », j’aurais pour ma part dit partiellement défoncée, nuance qui nous aurait fait louer un 4×4 plutôt qu’une logan ^^.

trajet

Nous avons traversé La pintada, station de villégiature des habitants de Medellin aux 1000 hôtels, campings et piscines vides , pris notre premier jus de fruits en bord de route, les premiers écarquillements d’yeux sont là, la montagne est magnifique.

Nous déjeunons à Armas seuls au monde dans un petit resto à 15:30.

Ma timidité m’en a empêché mais j’aurais adoré me la jouer Julie Andrieu et aller papoter avec les cuisinières…

Nous faisons ensuite un arrêt à Aguadas; la dame de l’office de tourisme était si heureuse de nous voir que son enthousiasme nous a amené à visiter un musée un peu kitch de la ville, à savoir des photos sorties de tous les greniers de la ville :) Nous flânons un peu dans la ville avant de ravaler les kilomètres restants.

En début de soirée, nous arrivons à Salamina, où Felipe nous ouvre les portes de sa maison familiale, juste WAHOU et juste pour nous! Nous prendrons une bière et mangerons une pizza dans le bar du village avec le « plus belle la vie » local en fond sonore et nous écroulerons! Le lendemain, nous faisons un petit tour dans Salamina, donc, avant de prendre la route. Mon coup de cœur de ce voyage! La ville paisible, les maisons coloniales, la vue sur les montagnes, la gentillesse des habitants…on a envie que le temps s’arrête! Après un petit déjeuner préparé par Felipe (qui ne s’est pas moqué de nous), nous reprenons la route.

Nous traversons la grande Manizales et préférons déjeuner plus en bords de route pour 2000 pesos, une soupe de patate douce et du chorizo à griller, et la vue est de plus en plus époustouflante!

L’objectif de cette journée, ce sont les thermes de Santa rosa de cabal où il y a des cascades et des bain d’eau chaudes (un peu le calicéo local pour ceux qui connaissent, mais en plus naturels grâce à la chaîne volcanique). Pas un seul touriste à l’horizon, et ça aussi on aime. On se délasse dans l’eau, subjugués par la vue! 

La pluie nous rappelle à l’ordre, et comme on a pas le budget pour se prendre la formule hôtel-thalasso-bain de boue ^^ , il est grand temps de filer à Salento! Avant d’arriver, nous faisons un arrêt à Filandia pour boire un café. Le village est vivant, coloré. Un autre coup de coeur où j’aurais d’ailleurs préféré prendre l’auberge.

Car Salento nous ramène par ses prix à la réalité du tourisme; la ville est déserte, alors que nous avons été habitués à toujours voir des gens sur les places…Néanmoins, la ville est jolie et colorée et notre auberge de jeunesse est superbe, surtout le lendemain matin au réveil… la vue est à couper le souffle!

Pour ce 4ème jour, nous visitons une finca de café où le fiston de Don Elias nous montre son exploitation.

La ferme de Don Elias est organique dans la mesure du possible, c’est à dire à impact limité sur l’environnement : y est cultivé bananiers, qui se gorgent d’eau pour l’irrigation et également pour faire de l’ombre aux plants, des ananas qui attirent les insectes; le sol volcanique est fertile et ne nécessite pas d’engrais. Et ça sur le papier, ça lui permet d’avoir le label « cafe de Colombia« . Deux types de café sont produits, le colombien et l’arabica, vous laisse deviner qui part à l’export ;) Le discours est rodé et c’est très intéressant. Et surtout bluffant que quelques grains moulus et chauffés dans une « chaussette » aient le goût d’un expresso si fort. Nul besoin de nous forcer la main, nous ramenons du café, que j’ai plaisir encore à faire dans ma cuisine Toulousaine.

Point info café :

La Colombie dénombre pas moins de 300 000 propriétaires cultivateurs de plantations de café! Un million de tonnes de café est vendu chaque année en Colombie et le reste est exporté.

Le café se cultive  entre 1 100m et1700m d’altitude et récolté de mars à juin, les arbres devant être fleuris et sentir bon le jasmin. Les grains sont alors lavés, triés à la machine, puis vont sécher au soleil avant d’être torréfiés.

——————————-

L’après-midi, deux duos se forment : l’un va faire du cheval dans la vallée du Cocora, et l’autre va y marcher. Si comme moi vous n’êtes pas phobique et que les canassons ne tapent pas du sabot à votre vue, faites-le!!! Il paraît que c’était génial, la vallée de Cocora est canon, et on peut même y apercevoir moultes colibris.

C’est donc la dernière journée et le dernier dodo, le lendemain,  nous reprendrons la route vers Medellin, cette fois d’une traite. Notre première semaine s’achève, et tous les clichés ont été balayés très vite! On s’est senti zen, dépaysé et toujours très bien accueilli. Mais on y a croisé aussi beaucoup de pauvreté, de maison faites de bric et broc à l’abord et dans les grandes villes. On y a vu aussi énormément de travaux, on sent que l’argent est injecté dans les infrastructures. La Colombie s’ouvre au tourisme et je suis ravie d’avoir vue tant de morceaux d’authenticité.

Prochaine semaine, cap sur les caraïbes!

———————–

Point food

Je vous ai déjà parlé des jus de fruits, je vais pas en remettre une couche :) pour le reste je n’en garde pas un souvenir foufou!

On a goûté les affreuses bunuelos et je n’ai pu prendre qu’une fois le plat local à base d’haricots, ventrèche, avocat, frites, riz, œuf frit et bananes plantain

Ici la grassouille règne autant que le maïs. On trouve des galettes de maïs à tous les coins de rue (les arepas). Natures, frites, au fromage. Au petit dèj ou pour un petit creux.

Néanmoins, la soupe de poulet et Yucca (la patate douce), ça, ça le fait! Et y’a toujours la bière pour se consoler :)

 

———————-

Nos hôtels

A Salamina, que je recommande mille et une fois

Bead and breakfast Casa Carola

 

A Salento

Auberge La Serrana

 Et pour plus d’infos sur « quand, comment, combien » voyager en Colombie, je vous recommande les très beau blog de Miles and love et Le tour du monde à 80 cm , qui ne vous donneront en revanche pas envie d’aller bosser demain ^^ 

7 thoughts on “Voyage en Colombie : Medellin et la vallée du café

Laisser un commentaire